lundi 28 mars 2016

La vie me fait peur - Jean-Paul Dubois

[Archives, Mai 2008]
« Bientôt, je m'endormirai avec les chaussures aux pieds. » [J.-P. D.]
J'aime bien l'écriture de Dubois.  J'aime bien sa manière de décrire la difficulté de vivre. J'ai lu ce roman de Dubois alors que je me dirigeais vers Bordeaux. Le personnage principal faisait le trajet inverse en quittant Toulouse pour Miami Beach. J'allais voir mon fils installé à Bordeaux. Le personnage de Dubois allait retrouvé son père à Miami Beach. La vie lui fait peur. La vie et le travail que cela suppose restent ardus pour Paul Siegelman. La vie et les relations humaines constituent des moments difficiles. La vie et ses objectifs projettent quelque chose dont la conciliation n'est pas simple. Mais, Paul Siegelman s'en sortira ... en s'assoyant sur une tondeuse.
_______

Sur Rives et dérives, de Dubois, on trouve des commentaires à propos de :
Dubois
Jean-Paul
Kennedy et moi
Dubois
Jean-Paul
La succession
Dubois
Jean-Paul
Le cas Sneijder 
Dubois
Jean-Paul
Une vie française 

dimanche 27 mars 2016

Le tableau du Maître flamand - Arturo Perez-Reverte

[Archives, août 1997]
Une enveloppe cachetée est une énigme qui en renferme d'autres. [A.P.-R.]
Voici un polar qui m'intriguait. Un polar qui se meut autour d'une partie d'échecs vieille de cinq siècles.

«Qui a pris le cavalier?». Voilà la question qui lance cette enquête nous faisant jouer à rebours sur un échiquier peint dans une autre époque. Une trame subtile, un exercice captivant. Se situant entre histoire de l'art, peinture du quinzième siècle, problèmes d'échecs et intrigues policières, ce polar lève des frontières. J'ai bien aimé la structure entrelacée qui soutient ce polar et cela me porte vers les autres univers romanesques de cet auteur.

jeudi 24 mars 2016

Une histoire du monde sans sortir de chez moi - Bill Bryson

Quelque temps après notre emménagement dans l'ancien presbytère anglican d'un village paisible et anonyme du Norfolk, il m'a fallu grimper au grenier pour chercher l'origine d'un «ploc-ploc» assez lent mais néanmoins énigmatique. [B.B.]

Bill Bryson frappe encore. Après Une histoire de tout ou presquequi m'avait séduit, il s'aventure sur le terrain métaphorique de la demeure, de la maison, du home ou du manoir pour nous faire découvrir une certaine histoire du monde. Bien que sa vision soit particulièrement anglo-britannique avec quelques incursions françaises ou américaines, l'aventure est engageante. On y croise l'Histoire, mais surtout on fait le plein de petites histoires s'articulant autour de personnages peu ou prou connus, autour d'êtres flamboyants ou totalement décalés. On se nourrira de contes réels, de récits épiques et d'équipées rocambolesques. On sourira plus d'une fois et on se surprendra du tour que le monde a pris pour devenir ce qu'il est en passant par ce qu'il a été.

C'est une lecture attrayante, enrichissante et pas du tout ennuyante. Bref, on sourit souvent et on est surpris plus qu'à notre tour par les chemins de traverse qu'a pris l'histoire du monde.

______________

Sur Rives et dérives, à propos de Bryson, on trouve aussi :

Bryson
Bill
Une histoire de tout, ou presque...