dimanche 28 mars 2010

Bouvard et Pécuchet - Gustave Flaubert

[Archives, janvier 1991]
Exception : Dites qu'elle « confirme la règle », ne vous risquez pas à expliquer comment. [G.F.]
L'aventure de deux bonshommes à travers les méandres de la connaissance, deux bonshommes qui souffrent les attaques du scientisme du XIXe  siècle. Mais en font-ils les frais ou en sont-ils les émulateurs ? Flaubert s'est laissé aller à une critique cynique et cinglante au travers ses deux personnages qui passent et repassent de la crédulité à la lucidité sans qu'on s'en rende compte. La somme de travail impliquée par la recherche de la connaissance des deux commis, et par là même chez Flaubert, explique en elle seule l'admiration que certains oulipiens ont voué à cette œuvre. Le projet, s'il n'est pas typiquement oulipien, suppose toutefois une approche maniaque à la Perec. J'ai aimé.

samedi 27 mars 2010

Qui se souvient de David Foenkinos ? - David Foenkinos

Je ne sais pas si certains d'entre vous se souviennent de moi. (D.F.)
Moi, je n'en avais pas souvenir. Foenkinos, auteur et héros de cette autofiction, a publié pourtant un titre qui, il y a quelques années, avait marqué quelques points dans la vitrine libraire :  Le potentiel érotique de ma femme. Si ce titre ne m'était pas inconnu, j'aurais été bien en mal d'en nommer l'auteur. Et voilà cet auteur qui se met en scène, qui exprime sa difficulté de vivre son état d'auteur, qui décortique la recherche de l'idée qui s'est dérobée dans les allées d'un wagon de train entre Genève et Paris, qui vit devant nous une dépression romantique, qui glisse vers le désespoir, qui se cherche et repart vers Genève dans une quête presque aléatoire. L'écriture est légère et variée, Foenkinos nous amène dans un dédale de sentiments qui laisse voir son habileté à émouvoir. Je m'en souviendrai et j'irai sûrement jeter plus qu'un coup d'oeil au Potentiel érotique de ma femme.

_______________

À propos des écrits de Foenkinos, sur Rives et dérives on trouve :

Foenkinos
David
Le mystère Henri Pick