dimanche 12 décembre 2010

Boris Vian

[Archives, novembre 1989]

Que dire de Boris Vian? À revoir la liste des livres du Bison Ravi que j'ai côtoyés, il est clair qu'il a exercé sur moi une fascination et cela depuis l'adolescence. Mon premier contact, ce fut, comme plusieurs, «L'écume des jours», une merveilleuse histoire d'amour. C'est ensuite «L'Automne à Pékin» que j'ai partagé avec Richard, qui m'a souvent accompagné dans mes découvertes des oeuvres de Vian. Vian, c'est le pianocktail, c'est le Major, c'est l'ermite, c'est Anne (quelle idée d'avoir un nom de chien!), c'est la trompinette, c'est Saint-Germain-des-Prés et le Tabou, c'est Ville-d'Avray, c'est le Déserteur, c'est la 'pataphysique, c'est l'ordre de la Grande Gidouille.

Vian, c"est ma première passion littéraire. C'est la puissance des mots sur l'imaginaire, c'est le pied de la lettre mis au service de la création. Il nous laisse une oeuvre multiple à découvrir sous des angles encore plus nombreux.

Il avait annoncé qu'il n'aurait jamais 40 ans. Il est mort à 39 ans, en 1959, mais on ne cesse de le redécouvrir.

Boris Vian, c'est aussi un oulipien par défaut ou un plagiaire par anticipation pour l'Oulipo (l'Ouvroir de littérature potentielle) que je ne découvrirai que quelques années plus tard.

Il incarne bien l'association littérature et musique que je me plais à considérer : sa trompinette, ses écrits sur le Jazz et la chanson.

J'aurai toujours du Vian à relire.

dimanche 28 novembre 2010

Voyeurs, s'abstenir - François Gravel

J'ai publié à ce jour quatre romans. (F.G.)
Cet auteur fictif (le narrateur) fait état des suites d'un roman (son quatrième) que nous ne lirons jamais, celui où il s'est inspiré d'un personnage de la sphère publique, Carl Vaillancourt, un
self-made-man québécois. Même si son « roman » le nomme Charles Pellerin, tout un chacun se permet de réagir à ce qu'il se permet d'inventer ou de relater de la réalité. On a alors droit à une série d'extraits de lettres, témoignages, courriels de gens qui veulent s'exprimer sur ce phénomène qu'a été Vaillancourt, sur la forme qu'il aura prise sous les traits de Charles Pellerin et sur les libertés que le narrateur-auteur aura largement emprunté.

François Gravel signe ici un roman différent, dont la forme n'est pas celle de l'histoire racontée, mais celle recréée par le reflet dans le miroir déformé que les lecteurs du roman nous présentent. Les différentes réactions auraient dû emprunter des écritures plus distinctes que celles qu'on retrouve ici. On sent trop souvent Gravel derrière la plume. Mais, on passe facilement par dessus cette petite entorse au style pour découvrir pièce par pièce l'univers de Vaillancourt et de l'être encore plus grand que la société avait créé autour de lui.

On aurait pu se lasser de cet artifice choisi par Gravel pour amener son sujet. Et pourtant, les courts extraits épistoliers sont autant des questions que des réponses et le voile demeure longtemps sur la réalité difficile à cerner de cet industriel et financier, amateur d'art religieux.

François Gravel a encore réussi à capter mon attention.

______________

Sur Rives et dérives, de Gravel, on trouve aussi :

Gravel
François
Fillion et frères 
Gravel
François
La petite fille en haut de l’escalier
Gravel
François
Vous êtes ici

lundi 11 octobre 2010

Logicomix - Apostolos Doxiadis, Christos Papadimitriou

- Une bien triste histoire! Et pourtant... (A.D.)
Logicomix est paru en 2009 en anglais sous le titre Logicomix. An Epic Search for Truth. Il est alors le roman graphique no 1 du New York Times. C'est en effet un roman graphique de grande qualité, mais c'est surtout l'histoire d'une aventure intellectuelle hors du commun, celle d'une quête, la recherche et la crise des fondements logiques des mathématiques. Cela peut paraître un peu obtus comme thématique d'une bande dessinée, mais les auteurs ont fait le pari d'aborder cette lourde question qui prend place au tournant des XIXe et du XXe siècles sous l'angle des hommes et de leurs passions. Les auteurs avertissent les lecteurs en ouverture, il ne s'agit aucunement d'un traité de logique pour les nuls. C'est une histoire, juste une histoire en BD, une histoire qui fait intervenir autour de Bertrand Russel, un ensemble de logiciens, mathématiciens et philosophes (Cantor, Frege, Whitehead, Poincaré, Hilbert, Gödel, Wittgenstein, entre autres). Une histoire où les passions s'entrecroisent et où la logique et la folie se côtoient en tendant entre elles un fil qui n'est pas si ténu.

Comme mathématicien, je retrouvais là des personnages et des événements que j'avais autrefois croisés, des personnages et des événements qui avaient nourri mes propres passions. Il est normal que j'apprécie les revoir ici dans un univers de BD sans qu'ils soient caricaturés, sans qu'ils perdent leurs natures propres. Mais, j'aimerais bien savoir comment des gens qui ne se sont pas frottés à cette aventure philosophico-mathématique vivent la BD de Doxiadis et Papamiditriou. J'ai l'impression que les auteurs ont su comment faire de cette histoire de quelques-uns, l'aventure de la plupart. Chapeau aux concepteurs et aux dessinateurs (Alecos Papadatos et Annie Di Donna).

On peut lire ICI un extrait de Logicomix.

_____

Sur Rives et dérives, j'ai aussi commenté :

Doxiadis
Apostolos
Oncle Petros et la conjecture de Goldbach

samedi 25 septembre 2010

Balade en train assis sur les genoux du dictateur - Stéphane Achille


C'est à cause de mon comptable que toute cette histoire a commencé. (S.A.)
Prix Robert-Cliche du premier roman en 2007,  Stéphane Achille signe un curieux roman, tout aussi Balade en train assis sur les genoux du dictateur demeure une lecture surprenante où l'absurdité de la situation laisse pantois. On peut assister à des exercices de gestion interne, à une visite du domaine familial du dictateur, à l'élimination d'un garde du corps, à une exécution technique, et d'autres éléments baroques. quelques semaines après l'avoir lu, je me demande encore: l'ais-je aimé? Je ne me souviens pas m'être ennuyé en le lisant, mais il laisse tout de même un arrière-goût difficilement identifiable...
curieux que son titre peut l'évoquer. C'est l'histoire de la rencontre improbable d'un musicien paumé, français de passage à New York, avec un homme en complet gris accompagné de gardes du corps, et d'une visite en train d'un pays d'Amérique du Sud qui ne sera jamais nommé. L'homme au complet gris revêtira un uniforme et il s'avérera être le dictateur contesté du pays visité. Entre le rêve et la fantaisie, entre le discours dénonçant l'industrie musicale et la dérive politique,

dimanche 19 septembre 2010

Jazzman - Stanley Péan

Ben quoi, écrivain-jazzman amateur, ç'a de la gueule, non?
Demandez à Boris Vian, il vous le dira bien.
(S.P.)
Stanley Péan, anime l'émission Jazz sur Espace Musique depuis plusieurs années. On peut lire son blog sur www.stanleypean.com  . Il écrit, c'est un nouvelliste et un romancier, mais ici, c'est sa relation avec le jazz, son exploration de cette planète qu'il livre en quelques pages. On a droit à une chronique de ses découvertes, au journal parfois anecdotique d'un être qui se meut dans ce monde étrange qu'est le jazz. Chaque set est suivi de suggestions d'écoute, une liste des oeuvres dont il a été question. On y trouve des classiques, mais aussi des plages méconnues. Car, Stanley Péan ne se complait pas dans les oeuvres du passé et considère que le jazz est toujours en évolution, toujours en construction et en recherche. Voilà une approche qui me plait.

vendredi 17 septembre 2010

La formule préférée du professeur - Yoko Ogawa

Nous l'appelions professeur, mon fils et moi. [Y.O]
Un roman japonais. Une histoire de mathématicien. Un conte sur l'amour entre un professeur pas tout à fait présent et un jeune amateur de baseball.

La narratrice est aide-ménagère, elle sera au service d'un mathématicien d'une soixantaine d'années qui a vu sa carrière abruptement interrompue par un accident qui a causé la perte de continuité de sa mémoire. Le ruban sur lequel le professeur mémorise se qui se passe autour de lui n'a qu'une longueur de quatre-vingt minutes. Ainsi, l'aide-ménagère et son fils disparaissent de l'univers du professeur chaque jour. Et, tous les matins le rituel des présentations doit reprendre agrémenté d'une question numérique qui donnera l'occasion au professeur de faire la démonstration de sa passion des nombres (premiers, parfaits, amicaux, ...).

Ce sont donc trois passions qui se rencontrent et se redécouvrent de jours en jours : les nombres et les formules du professeur, le baseball des Tigers de Hanshin de Root, le fils de l'aide-ménagère, et la passion des humains de celle qui unit les deux premiers, celle par qui cette histoire prend place et qui nous la raconte.

mardi 24 août 2010

Champagne - Monique Proulx

Lila Szach aimait les chemins qui montent. [M.P]
La campagne ou la champagne est le personnage central autour duquel voguent d'autres éléments : le lac-aux-oies, le Mont-Diamant, les écureuils, les insectes et des êtres humains qui se partagent ces parcelles de nature, qui traînent leurs vies dans cet oasis en danger. Les autres êtres de cette champagne, ce sont Lila la protectrice, Simon le bon et sa famille, Claire qui écrit, Violette qui veut se sauver d'un passé trouble. L'histoire de ce roman, ce sont les interactions entre la champagne et tous ses habitants. Champagne est un roman sur le beau et le laid.

J'en ai amorcé la lecture assis sur un quai donnant sur le petit lac Neuf. Sa faune est peut-être moins pittoresque que celle du Lac-aux-oies, mais j'ai croisé un vison et j'ai entendu les hurlements des coyotes.

lundi 16 août 2010

Le Montespan - Jean Teulé

Le samedi 20 janvier 1663, vers onze heures du soir, au sortir du Palais-Royal où Monsieur - le frère du roi - donne un grand bal, deux jeunes hommes, suivis par six autres, déboulent dans la rue. [J.T.]


La malheureuse histoire de Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, le cocu le plus célèbre de France. C'est mon premier livre de Teulé qui semble assez prolifique. Son style dans cette oeuvre d'histoire est un mélange de genres, mais un mélange bien dosé, entre style historique, expressions d'époque et écriture contemporaine. On connaît «bien» l'aventure de Mme de Montespan qui gravira les échelons de la cour pour devenir la favorite du Roi Louis, le quatorzième du nom. On en savait beaucoup moins sur son mari cocufié de façon royale. Une lecture agréable. Une lecture de vacances, peut-être. Mais, une lecture qui ne laisse pas sans souvenir. Le joyeux mélange de genres que Teulé met ici de l'avant incite à aller regarder de plus près ses autres écrits. Je m'y aventurerai sûrement.

______________

Sur Rives et dérives, on trouve aussi :

Teulé
Jean
Le magasin des suicides 


mardi 29 juin 2010

Heureux sans dieu - Daniel Baril et Normand Baillargeon

Des incroyants, athées et agnostiques, témoignent
Il est réaliste, courageux et merveilleux de vouloir être athée. [...] L'athéisme est presque toujours la marque d'une saine indépendance d'esprit et, à vrai dire, d'un esprit sain. [Richard Dawkin]
Cela peut sembler surprenant, encore aujourd'hui, s'identifier comme athée constitue un geste politique qui n'est pas anodin. Et pourtant, il n'est plus une journée où nous ne sommes pas confrontés à ce que la religion et les gens qui la défendent ont engendré.  Des horreurs, de l'ignorance et l'idée que la vraie vie est ailleurs. Je me suis souvent reconnu dans la lecture de ces témoignages regroupés par Baillargeon et Baril. On peut être agnostique par esprit scientifique, athée par conviction, mais fidèle à des valeurs éthiques, soutenir une morale qui se définit hors de toute religion, hors de toutes divinités.

C'est un beau complément au Traité d'athéologie de Michel Onfray.

_______________

Sur Rives et dérives, on trouve aussi :

Baillargeon
Normand
L’arche de Socrate, petit bestiaire philosophique
Baillargeon
Normand
Légendes pédagogiques : l’autodéfense intellectuelle en éducation 
Baillargeon
Normand
Liliane est au lycée