mardi 23 juillet 2019

Vers la beauté - David Foenkinos

Le musée d'Orsay, à Paris, est une ancienne gare. [D.F.]
Le protagoniste de ce roman, professeur aux Beaux-Arts à Lyon, se reconvertit en gardien de musée. On comprendra assez rapidement que c'est une meurtrissure de l'âme qui l'a amené ainsi à se réfugier loin de sa propre existence et c'est devant un portrait de Jeanne Hébuterne réalisé par Modigliani qu'il jongle avec ses incertitudes existentielles.  Le roman repose sur quatre parties. Alors qu'on tentait dans les deux premières de déchiffrer ce qui a pu faire basculer le personnage principal, dans la troisième, on se tourne vers le passé trouble d'une jeune personne nommée Camille qui, elle aussi, a tenté de s'exprimer par l'art et sa beauté. Vers la beauté c'est en quelque sorte deux appels au secours, deux cris de détresse, deux difficultés à vivre, exprimés avec une grande sensibilité. Toutefois, bien que j'ai été happé tout du long par cette lecture, je ne sais pourquoi, j'ai ressenti comme un manque, comme si un volet de la situation n'avait pas été abordé dans toute sa potentialité.
La curiosité délimite le monde des vivants et celui des ombres. [D.F.]

 ____________

Sur Rives et dérives, on trouve :



Foenkinos
David
Le mystère Henri Pick
Foenkinos
David
Qui se souvient de David Foenkinos ? 

jeudi 11 juillet 2019

La promesse de l'aube - Romain Gary

C'est fini. La plage de Big Sur est vide, et je demeure couché sur le sable, à l'endroit même où je suis tombé. [R.G.]
Je ne sais comment cela a pu se faire, mais je n'avais pas croisé l'oeuvre de Gary (ni celle d'Ajar) avant il y a quelques mois. Je m'aperçois maintenant qu'un univers m'attend et je compte bien m'y aventurer. J'ai osé commencer par La promesse de l'aube, cette oeuvre où Gary se raconte, où surtout il met en lumière tout ce qui le liait à sa mère. En fait, c'est par la voie d'un personnage secondaire, discret et effacé apparaissant au chapitre 7, un habitant du même immeuble que Gary alors qu'il était enfant à Wilno, que cette lecture s'est imposée. Ce personnage, c'est François-Henri Désérable qui le rend intrigant sous sa plume alors qu'il en fait son argument principal pour son magnifique roman Un certain M. Piekielny où il revisite l'oeuvre de Gary à travers une enquête et des réflexions sur l'écriture. La trame imaginée par Désérable présente probablement autant de latitudes que celle mise sur papier par Gary lui-même, mais il a suscité en moi le désir de m’engager dans cette lecture. Gary présentait une tendance à la fabulation et ce n'est pas seulement dans la création de son alter ego Émile Ajar que cela se manifeste. Mais, on ne lit pas La promesse de l'aube pour connaître le pedigree exact de Gary, on lit un roman et on se laisse emporter par le flot de l'amour, de la tendresse et du lien qui s'étale devant nous dans un style simple, riche et teinté d'humour.
[...] après avoir longuement hésité entre la peinture, la scène, le chant et la danse, je devais un jour opter pour la littérature, qui me paraissait le dernier refuge, sur cette terre, de tous ceux qui ne savent pas où se fourrer. [R.G.]
M. Piekielny ressemblait à une souris triste, méticuleusement propre de sa personne et préoccupée; il avait l'air aussi discret, effacé, et pour tout dire absent, que peut l'être un homme obligé malgré tout, par la force des choses, à se détacher, ne fût-ce qu'à peine, au-dessus de la terre. [R.G.]
- Eh bien! quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire... Une flamme d'ambition insensée brilla soudain dans les yeux de la souris. - Promets-moi de leur dire: au no 16  de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny... [R.G.]
J'étais assis dans ma chambre, au rez-de-chaussée de l'hôtel, devant la fenêtre ouverte, occupé à polir le dernier chapitre du roman auquel je travaillais. C'était un superbe dernier chapitre, et je regrette aujourd'hui encore de n'avoir jamais réussi à écrire ceux qui devaient le précéder. À l'époque, j'avais déjà au moins vingt derniers chapitres à mon actif. [R.G.]
Je prenais encore la vie pour un genre littéraire. [R.G.] 

lundi 24 juin 2019

Les parapluies d'Érik Satie - Stéphanie Kalfon

On n’envie jamais les gens tristes. On les remarque. [S.K.]
J’étais curieux de lire ce premier roman de l’auteure Stéphanie Kalfon, les critiques lues m’avaient tenté. L’aspect musical de son écriture m’intriguait. Et puis, j’ai été séduit. Lu en bonne partie en ayant aux oreilles diverses interprétations des oeuvres connues ou moins connues de Satie, j’ai en effet pu apprécier l’incursion de la forme musicale dans l’oeuvre écrite, comme Satie insérait lui-même des images littéraires dans ses annotations d’interprétation.

Stéphanie Kalfon m’a fourni la meilleure description de son oeuvre alors qu’elle voulait évoquer la dernière chambre de Satie et l’état dans lequel ses amis l’ont découverte :
Les coulisses d’un homme libre et musical, né pour créer et non pour vivre. [S.K.] 
Voici une oeuvre d’une grande sensibilité qui, à la manière des pièces de Satie, fait vibrer des cordes qu’on ne soupçonnait pas, nous fait découvrir un être énigmatique, hypersensible et éternel enfant. Voilà donc un roman biographique, un hommage qui prend le rythme de la joyeuse mélancolie chère à Satie.
Satie doit choisir entre sa musique ou sa mélancolie. [S.K.] 
Je me dégoûte de plus en plus, car je vois bien que je suis né à mon époque [...] [S.K.] 

dimanche 16 juin 2019

L'oeuvre du Grand Lièvre filou - Serge Bouchard

À l'origine des temps, le Lièvre Filou a créé la Terre en courant un peu partout sur une île minuscule perdue à la surface de l'océan universel. [S.B.]
L'anthropologue, commentateur de la société, chroniqueur du monde, instigateur de réflexions, conteur, chercheur de sens, inspirateur, observateur, guide dans les méandres de l'histoire de l'américanité et de la nordicité, Serge Bouchard, de sa plume aiguisée comme de sa singulière verve, a regroupé ici un ensemble de chroniques parues dans le magazine Québec Science. Voilà d'admirables commentaires qui constituent le résultat de cinquante années de voyages sur les chemins de terre comme ceux d'asphalte au travers l'étendue qui paraît sans limites du territoire créé par le Grand Lièvre filou. Architecture, développement de territoire, toponymie, histoire et géographie, critique, nature, cours d'eau et espace, Serge Bouchard s'intéresse à notre façon d'habiter le monde et met simplement de l'avant le respect et la mémoire qu'on doit à la nature et à l'environnement. Voilà un ensemble de textes qui suscite de façon remarquable la curiosité et la réflexion.

__________

Sur Rives et dérives, on trouve aussi :


Bouchard
Serge
Elles ont fait l’Amérique. De remarquables oubliés, tome 1 

mercredi 5 juin 2019

L'arche de Socrate, Petit bestiaire philosophique - Normand Baillargeon

Ce petit bestiaire réunit quelques-uns parmi les plus notables des animaux qui peuplent la pensée et l'imagination des philosophes. [N.B.]
J'avais, il y a quelques années, entr'aperçu l'édition bruxelloise de ce petit bestiaire. J'avais été intrigué, mais je ne sais pourquoi, je ne me l'étais pas procuré. Puis, récemment, lors d'une entrevue radiophonique ou au moment de l'une de ses chroniques, j'entends l'auteur (qui a à son actif de multiples ouvrages) affirmer qu'il s'agit là d'une oeuvre dont il est particulièrement fier. La nouvelle parution d'une édition québécoise m'a donné enfin l'occasion de m'y plonger. Dans L'arche de Socrate, on parcourt les allées agréables et sinueuses d'un jardin zoologique et philosophique en découvrant, page après page, diverses utilisations métaphoriques, analogiques, allégoriques d'êtres de la gent animale, et tout cela à l'intérieur même du discours des penseurs, philosophes et scientifiques. Cela est ni plus ni moins qu'une porte d'entrée vers des questions philosophiques qui sont toujours d'actualité, vers des débats d'idées et des expériences de pensée qui demeurent d'une pertinence assumée. Le format, chouette et ludique, permet de revisiter ainsi quelques incursions animales connues, mais également de découvrir une variété insoupçonnée du bestiaire philosophique. Voici un ouvrage qui permet dans un agréable cadre de s'initier à quelques manifestations des échanges philosophiques à travers le temps et les cultures.
[…] je veux qu’on sache qu’aucun animal n’a été maltraité dans l’écriture de ce livre et que chacun de ceux qui sont évoqués ici a reçu tout le respect qui lui est dû. [N.B.]
Normand Baillargeon cite Bernard Suits qui répond à Wittgenstein pour trouver une définition du jeu. Ce sera : jouer à un jeu, c’est fournir “des efforts délibérés pour surmonter des obstacles arbitraires”. Cela m'a rappelé la définition donnée par Queneau de l’auteur oulipien qui serait “un rat qui construit lui-même le labyrinthe dont il se propose de sortir". 
____________

Sur Rives et dérives, on trouve également :

Baillargeon
Normand
Heureux sans dieu 
Baillargeon
Normand
Légendes pédagogiques : l’autodéfense intellectuelle en éducation 
Baillargeon
Normand
Liliane est au lycée