mercredi 31 août 2016

Voyage au Maghreb en l'an mil quatre cent de l'hégire - Louis Gauthier

Je n'avance plus. Je ne sais plus du tout où aller et je me rends bien compte que je suis parfaitement ridicule, et je rirais volontiers de moi si je n'étais aussi malheureux. [L. G.]
J'ai connu Louis Gauthier en 1970 avec Les aventures de Sivis Pacem et de Para Bellum, une oeuvre
éclatée ou les personnages se révoltent contre l'auteur. Comme le disait la promotion : Sivis Pacem est un oiseau rare et Para Bellum est un drôle de pistolet.

J'ai vécu l'attente interminable mais jouissive d'Anna et puis, j'ai amorcé une traversée avec Louis Gauthier. 

La série des voyages fait partie d'un tout autre projet. On y trouve :
  • Voyage en Irlande avec un parapluie
  • Le pont de Londres
  • Voyage au Portugal avec un Allemand
Ces trois premiers récits repris dans :
  • Voyage en Inde avec un grand détour
Et enfin, le quatrième volet de cette quête c'est :
  • Voyage au Maghreb en l'an mil quatre cent de l'Hégire.
Déjà conquis par les trois premières escales de ce trajet initiatique, je retrouvais Louis Gauthier qui, de sa plume sobre et précise, raconte la recherche de soi qui l'a mené vers l'Inde. Dans le détour de cette étape, il passera du Portugal au Maroc, en l'an 1400 (de l'Hégire) en ayant parfois l'impression d'un certain moyen âge. Ses surprenantes rencontres sur un parcours qui va de Marrakech à la Tunisie en passant par l'Algérie ne contribuent malheureusement pas à l'approcher de son ultime objectif, le pays de Gandhi. Mais, est-ce qu'il tient vraiment à se rendre en Inde? On ne sait plus. Il ne sait plus. L'auteur en quête de mots, l'homme blessé zigzague de villes en villes.
Je ne suis pas non plus un écrivain public, je suis un écrivain privé. Privé d'argent, d'amour, de gloire, privé de tout. [L.G.]
On suit cet écrivain dans sa recherche, dans sa quête, et dans son parcours alambiqué alors que se tiendra bientôt (on est en 1980) au Québec un référendum qui pourrait donner le coup d'envoi à une nouvelle nation.
Je considère quant à moi que toute fiction est une autofiction, puisqu'on ne peut jamais sortir de soi. J'ajouterais même que toute vie est une fiction, puisque nous inventons notre réalité. Mais il est évident que certaines autofictions le sont plus que d'autres, ce qui est le cas de cette série des « Voyages », écrits à partir d'un voyage que j'ai réellement fait en 1979-1980. [L. G. cité dans une entrevue pour Le Libraire]
J'aurai suivi Louis Gauthier tout au long de ce pèlerinage et je suis loin de le regretter.

mercredi 24 août 2016

Sucre de pastèque et La pêche à la truite en Amérique - Richard Brautigan

À Sucre de pastèque les jeux étaient faits et refaits comme ils le sont dans ma vie à sucre de pastèque. [R. B.]
Éric Plamondon avec Mayonnaise m'avait mis sur la piste. Je ne pouvais plus reculer. Il était maintenant de mon devoir de lire du Richard Brautigan. C'est Sucre de pastèque qui m'a séduit, plus que La pêche à la truite en Amérique qui est pourtant son ouvrage le plus connu. En fait j'ai débuté la lecture de ce recueil par Sucre de pastèque et j'y ai retrouvé les morceaux d'univers éclaté que Plamondon nous avait annoncés. J'ai plongé tête première dans ce conte poétique en fragments de sucre de pastèque. J'y ai trouvé des tigres parlants qui excellent en arithmétique, de vieilles truites sages, des statues légumières et des cercueils plongés au fond du ruisseau. J'y ai trouvé une poésie surréaliste proche de l'absurde et une ribambelle de belles tournures de phrases.
Parfois, je reste des heures au même endroit, presque sans bouger. (J'ai même vu le vent s'arrêter dans ma main.) [R. B.]
J'avais neuf ans et des difficultés en arithmétique. [Un zeugme de R. B.]
De son corps montait une douce odeur de sommeil. [R. B.]
Brautigan par Olivier Dalmon
Les mains. Nous sommes rentrés à Pensemort à pied, en nous donnant la main. Les mains c'est très gentil surtout quand elles reviennent de faire l'amour. [R. B.]
En préface à l'édition française, Michel Doury tentait de décrire la tenue de plume de Brautigan. Quand on lit cette description, on s'aperçoit qu'elle aurait très bien pu concerner l'écriture de Plamondon dans Mayonnaise.
Il procède par anecdotes, historiettes, notes que l'on imagine prises sur de petits bouts de papier retrouvés au fond des poches, et qui finissent par faire un livre, un livre avec beaucoup de blancs, des blancs qui donnent de l'air et relient ces chapitres entre eux, livre à lire en marchant, ou même en voiture aux feux rouges. [Michel Doury en préface à l'édition française de La pêche à la truite en Amérique]

_____________________

De Brautigan, sur Rives et dérives, on trouve aussi :
Brautigan
Richard
Un privé à Babylone

samedi 20 août 2016

Mayonnaise - Éric Plamondon

 Puis un jour j'y suis arrivé. J'ai réussi à faire une mayonnaise. [É.P.]
À l'occasion d'une visite très appréciée de la toute nouvelle et magnifique Maison de la littérature à Québec, je m'attarde à un présentoir et j'y trouve en montre ce volume II de la trilogie 1984 d'Éric Plamondon, Mayonnaise. Au moment de sa sortie en librairie, il m'avait intrigué, mais, sans savoir pourquoi, son clin d’œil n'avait pas été suffisamment convaincant pour que je me l'approprie. Dans une disposition, ce jour là, plus qu'adéquate, je feuillette donc l'ouvrage et m'assoie confortablement pour en débuter une lecture intéressée. Je découvre alors une écriture particulière, faite de fragments, de minuscules réflexions, de tranches de vie, d'éléments d'histoire, de poésie en haïku, de miniatures d'essai. Bien appâté, cette fois-ci, j'en conclurai que je dois lire Mayonnaise.

Dans les jours qui suivent, je plonge. Sur quoi portent donc ces morceaux d'écriture qui m'avaient attisé? Sur le personnage de Gabriel Rivages et ses questionnements existentiels, sur son engouement pour l'écriture et la vie mouvementée de Richard Brautigan, le dernier des beatniks, et ... sur la façon de faire lever une mayonnaise.
À quarante et un ans, je ne serai jamais quelqu'un d'autre que moi-même, Gabriel Rivages. Ai-je pour autant raté ma vie?  [É.P.]
Il faut que j'avoue, je ne connaissais pas Richard Brautigan, ni son livre le plus populaire La pêche à la truite en Amérique. Plamondon et Rivages m'auront fait découvrir et apprécier cet auteur iconoclaste.
Dans l'euphorie générale, Brautigan reprend le micro et s'exclame : " I love chaos! ".  [É.P.]
Plus j'en apprenais sur Brautigan et plus je m'avançais dans la lecture de Mayonnaise, plus je comprenais que Plamondon avait adopté le style et la façon de Brautigan pour en parler. Comme le mentionnait un libraire du Port de tête : « Ça ressemble à du Brautigan, ça parle de Brautigan, ça goûte le Brautigan, mais ce n'est pas du Brautigan. C'est le Mayonnaise, et c'est très bon. »
Brautigan écrit comme il pêche. Il nous appâte avec un détail et file dans la vie et la mort. Au dernier moment, il ferre d'un trait d'humour. Il nous tire de la rêverie comme une truite hors du torrent. [É.P.]
J'ai couru chercher La pêche à la truite en Amérique de Richard Brautigan.

Est-ce que je peux conclure en précisant que j'ai apprécié cette Mayonnaise? Je crois assurément qu'elle a bien pris.
Il y a deux sortes d'écrivains. Ceux qui ont du talent et ceux qui ont besoin d'une bonne psychanalyse. [É.P.]

jeudi 11 août 2016

Le Pendule de Foucault - Umberto Eco

[Archives Juillet 1990]
C'est alors que je vis le Pendule. [U.E.]
J'avais adoré la façon dont Eco nous faisait pénétrer dans le monde des abbayes du XIVe siècle dans Le Nom de la Rose. Comment, à travers ce polar moyenâgeux, il nous faisait découvrir toutes les subtilités théologiques de l'époque de l'Inquisition. C'était magistral.

Et le maître (celui qui enseigne) y est allé d'une deuxième séance. Mais le cadre s'est déplacé. La quasi unité de lieu, d'espace et de temps qu'on observait dans Le Nom de la Rose n'est plus ici de mise.

L'histoire débute un 23 juin 1984 à Paris, mais est aussitôt mis de l'avant un long, très long, flash-back qui nous ramènera aux années 70 à Milan.

L'auteur, c'est-à-dire le narrateur, Casaubon, est un spécialiste de l'histoire des Templiers. Et, c'est ce monde flou, mystérieux, secret, caché qu'il nous amène à connaître à travers cette histoire des Templiers, des Rose+Croix, de la franc-maçonnerie, en passant par les rites umbanda du Brésil. Le Pendule de Foucault, c'est une fenêtre sur un ensemble de connaissances mystiques et hermétiques. Je me suis surpris à feuilleter un livre sur la franc-maçonnerie dans une librairie! J'y ai retrouvé les hauts grades du rite écossais que mentionnait Eco.

Le Pendule, c'est l'histoire d'une passion, d'une invention passionnelle qui prend forme dans une certaine réalité et qui amènera trois comparses devant une évidence : toute vérité n'est pas bonne à créer.
Quelques Hauts grades de la Maçonnerie de Rite Écossais Antique et Accepté : Maître secret, Maïtre parfait, Chevalier de la Royale Arche de Salomon, Grand Écossais de la Voûte sacrée, Chevalier d'Orient et d'Occident, Prince Chevalier de Rose-Croix, Chevalier de l'Aigle et du Pélican, Sublime Écossais de la Jérusalem Céleste, Grand Élu Chevalier Kadosh, ... [U.E.]
_________________________

Sur Rive et dérives, d'Umberto Eco, on trouve des commentaires à propos de  :


Eco
Umberto
Numéro zéro

vendredi 5 août 2016

Sapiens, une brève histoire de l'humanité - Yuval Noah Harari

Il y a environ 13,5 milliards d'années,la matière, l'énergie, le temps et l'espace apparaissaient à l'occasion du Big Bang. [Y.N.H.]
C'est une aventure en vol plané au-dessus de l'histoire, à laquelle nous convie Yuval Noah Harari, cet historien de l'Université hébraique de Jérusalem. Avec une capacité étonnante d'aborder l'humanité sous un angle macroscopique, il nous offre une vision globale de l'évolution de l'homo sapiens. Il s'attarde, il va de soi, sur les premiers moments de l'homo sapiens en présentant des hypothèses intéressantes sur les éléments qui auraient contribué au fait que Sapiens soit encore là alors que Néanderthal ou l'homme de Flores nous ont quittés. Il avance que ce serait la capacité de Sapiens à imaginer des fictions qui lui a permis de faire collaborer des ensembles toujours plus importants d'individus autour des mêmes idées. Ces fictions, ce sont notamment les religions, les monnaies, les entreprises commerciales, ... Il abordera ainsi les grandes révolutions de l'humain, la révolution cognitive qui aura permis à sapiens de communiquer de façon efficace, la révolution agricole, les grands facteurs unificateurs que sont la religion, l'argent et l'empire, la révolution industrielle et scientifique. Sur tous ces éléments, Harari porte un regard global et critique qui parfois heurte nos façons de voir les choses, mais il amène ses arguments de si belles manières et il démontre un tel talent de vulgarisateur qu'on ne peut que s'incliner et faire le constat que l'auteur vient de nous faire vivre une aventure palpitante de plusieurs millénaires.
Aujourd'hui encore, malgré nos technologies avancées, plus de 90% des calories qui nourissent l'humanité proviennent de la poignée de plantes que nos ancêtres domestiquèrent entre -9 500 et -3 500 : blé, riz, maïs, pommes de terre, millet et orge. [Y.N.H.]
Depuis des milliers d'années, philosophes, penseurs et prophètes ternissent l'argent et en font la racine de tous les maux. Quoi qu'il en soit, la monnaie est aussi l'apogée de la tolérance. [...] Grâce à l'argent, même des gens qui ne se connaissent pas et ne se font pas confiance peuvent tout de même coopérer efficacement. [... Mais] quand tout est convertible, quand la confiance dépend de pièces anonymes et de cauris, elle corrode les traditions locales, les relations intimes et les valeurs humaines, pour les remplacer par les lois froides de l'offre et de la demande. [Y.N.H.]
Dans les cercles universitaires, beaucoup sont naïfs au point de croire à la science pure. Ils croient l'État et les entreprises assez altruistes pour leur donner de quoi poursuivre leurs projets de recherche au gré de leur fantaisie. Or, la réalité du financement de la science est bien différente. La plupart des études scientifiques sont financées parce que quelqu'un estime qu'elles peuvent aider à atteindre quelque but politique, économique ou religieux. [Y.N.H.]
Dans les derniers chapitres, il examine le rythme effarant des dernières révolutions et il se pose une question essentielle. Ces révolutions contribuent-elles à l'avancée du bonheur au coeur de l'humain? Enfin, il dresse un portrait inquiétant de l'éventuel futur de l'homo sapiens.
Voici soixante-dix mille ans, Homo sapiens n'était encore qu'un animal insignifiant qui vaquait à ses affaires dans un coin de l'Afrique. Au fil des millénaires suivants, il s'est transformé en maître de la planète entière et en terreur de l'écosystème. Il est aujourd'hui en passe de devenir un dieu, sur le point d'acquérir non seulement une jeunesse éternelle, mais aussi les capacités divines de destruction et de création. [Y.N.H. En épilogue]

On peut voir ici une conférence Ted de l'auteur : Comment expliquer l'ascension de l'homme? http://bit.ly/2aOc57R