jeudi 30 mars 2017

La démocratie des crédules - Gérald Bronner

Ce livre va évoquer les médias, les croyances, l'information, Internet... mais que l'on n'y voie pas une énième critique du système médiatique explorant avec une fascination indignée l'idée d'un complot contre la vérité pour servir une société de domination. [G.B.]
Cet ouvrage constitue une contribution essentielle à la réflexion sur la communication en société en cette ère de faits alternatifs, de fausses nouvelles et de dénonciations de complots de tous ordres. Le sociologue Gérald Bronner nous offre un cadre pour examiner certains de ces phénomènes, les décortiquer et les comprendre. La nécessité de cette analyse devient de plus plus criante face au tumulte des réseaux sociaux et des vagues d'informations et de désinformations. Reconnaître les diverses formes de biais, voir les effets que ces biais peuvent avoir sur l'intelligence des faits, voilà des pistes que Bronner emprunte. La libéralisation du marché de l'information a produit diverses dérives, le développement de théories du complot, la surutilisation du principe de précaution, la suspicion face à la science via un relativisme parfois malsain. S'il existe un droit au doute, il comporte aussi une responsabilité et un devoir quant à la vérification des faits, quant à l'exigence logique et quant à la critique des méthodes. Il faut donner au citoyen les outils nécessaires pour se tracer un chemin au travers le brouhaha des informations et, selon l'auteur, il ne suffit pas pour cela d'améliorer le niveau de connaissance globale, il prône pour un enseignement répété de l'esprit critique et de la méthode scientifique.

Bien que l'ouvrage de Bronner puisse parfois soutenir un discours ayant des teintes proche du scientisme, il demeure à mon avis un apport précieux et indispensable à la conversation démocratique en ce monde où l'information est omniprésente et peut constituer une arme.
On peut montrer que quelque chose existe, mais il est impossible de montrer définitivement que quelque chose n'existe pas. [G.B.]
[...] l'esprit humain est irrésistiblement attiré par les explications de type monocausal. Il faut une certaine gymnastique mentale pour concevoir qu'un effet puisse être produit par plusieurs causes simultanées. [G.B.]
La démocratie des crédules est traversée, comme toute démocratie, par un vieux dilemme politique : celui qui oppose opinion publique à intérêt général, mais lui donne un tour inédit. Plus que jamais, l'opinion publique croit savoir. [G.B.]
La vérité ne se décrète pas à l'applaudimètre. [G.B.]

Aucun commentaire: